Retour sur la veillée du 8 novembre

Veilleurs à l'écoutePlus de 500 personnes se sont retrouvées au Carrousel du Louvre à l’appel des veilleurs sur le thème « Histoire et Mémoire ».

Un historien de l’antiquité à la Sorbonne interpelle les veilleurs sur la nécessité de la recherche historique. Tout d’abord, s’oublier soi-même pour écouter l’histoire, pour interroger le passé à la manière d’un voyageur.

Il faut mettre l’accent sur la complexité du réel, c’est ce que l’historien devrait intégrer dans sa démarche, et que nous devons interroger.
La troisième idée serait celle de la récupération des valeurs. En effet on a tendance à penser que le passé ce sont toujours les ténèbres.
Nous sommes dans le sens de l’histoire, et nous devons donc regarder le passé avec bienveillance.
Amalgamer l’adversaire par rapport à un ennemi du passé, ce n’est pas une bonne utilisation de la mémoire.
La mémoire historique devrait nous faire retrouver des valeurs et des figures glorieuses issues d’un patrimoine commun.
L’historien nous demande de prendre garde et ne pas se référencer aux seuls historiens.
Il nous fait cette injonction : “Allez aux documents, osez la rencontre avec l’histoire !”
Et ce dernier conseil : “l’histoire est un fait, il faut l’exploiter, réfléchir à propos de celle-ci”
“L’historien c’est l’homme qui marche debout les yeux ouverts”
« L’histoire ne nous enseigne rien, pas plus que la nature. Ce qui nous enseigne, c’est la réflexion personnelle sur l’histoire. »BYk5izrCMAAJASo[1]

 

Publicités