Rendez vous à la préfecture

Les représentants de La Manif Pour Tous on rencontré M. le Préfet le 17 avril. Ils lui ont demandé son avis sur la situation et lui ont fait part de notre analyse. Pendant ce temps des manifestants encourageaient nos représentants par un présence bruyante à l’entrée de la préfecture. Voyez le compte-rendu, les photos et vidéo.

Quels enseignements  tirez vous des manifestations de la Manif Pour Tous ? Comment d’ après vous, devons nous faire pour être entendus ?

A ces 2 questions, monsieur le Préfet n’a pas répondu, il nous a rappelé que sa mission comme représentant de l’État n’était pas de répondre à ces questions mais de nous écouter pour faire remonter nos attentes au ministre de l’intérieur.

Nous lui avons fait part de notre analyse de la situation

Les manifestations massives qui se déroulent depuis plusieurs mois, qui n’ont aucune   revendication catégorielle, ni d’intérêt, sont une première !

Ces manifestations citoyennes pacifiques montrent la rupture profonde entre les élus et les citoyens. Le message est clair nous ne voulons pas de la société de madame Taubira. Nous sommes désarmés car nous n’avons aucun moyen démocratique pour dire stop !

Cette manifestation ne s’arrêtera pas, car demain c’est une autre manipulation qui est programmée : la théorie du « gender », nous continuerons à manifester pacifiquement, mais jusqu’ à quand? Ce conflit ne s’arrêtera pas car  cette loi atteint notre être même, viole notre conscience.

Le gouvernement ment :

Mensonge sur la réalité anthropologique : « le droit   peut il contredire le réel et la différence des sexes »?

Mensonge sur la dénomination de père et mère supprimé des actes d’état civil et remplacée par « Lucas né de François et de Pierre ».

Mensonge sur l‘adoption car il n’y aura qu’une dizaine d’enfants à adopter par les homosexuels, ce qui conduira à une inégalité de fait.

Mensonge sur la PMA car comme les femmes homosexuelles ne pourront pas adopter elles recourront  à la PMA et cela leur sera accordé par la Cour Européenne de Justice.

Mensonge sur la GPA car au nom de l’égalité  les hommes homosexuels demanderont et obtiendront le droit à la GPA.

Alors que de nombreux philosophes, pédopsychiatres, juristes….et des élus émettent des réserves graves sur les conséquences du vote de cette loi, le principe de précaution devrait s’appliquer de plein droit à ce texte, car nous sommes incapables de mesurer les conséquences de ce changement de société que nous impose le gouvernement.

Si cette loi inique passe, comment pourrons nous éduquer nos enfants, leur demander de respecter la loi, dans quelle société monsieur Hollande veut il nous faire vivre?

Il n’y  a aucune écoute des manifestants, mais plutôt du mépris voire des insultes, par exemple celle de monsieur Jean Pierre Michel, sénateur, rapporteur de la loi Taubira au Sénat, qui va jusqu’ à dire- lui dont de le mandat est de faire des lois et a priori de les respecter- : « le juste c’est la loi du plus fort », comment accepter cette façon de se comporter.

Le gouvernement  envoie contre les familles qui manifestent pacifiquement: la  police, les CRS, les gendarmes pères de famille comme nous, est ce raisonnable?

Monsieur le préfet nous a demandé:  » Comment ce conflit se termine ? « , nous lui avons  répondu: » le conflit se terminera le jour où le président de la république prendra ses responsabilités, et décidera de retirer cette loi, s’il ne la retire pas nous continuerons nos actions »

 Pour montrer cette détermination nous avons  informé  monsieur le préfet de la création d’un collectif des mères qui iront à la rencontre de français dans toute la France jusqu’au retrait de cette loi, car ces mères veulent la paix, car ces mères veulent le respect et non la marchandisation des enfants, les mères veulent protéger leur famille. C’est une action citoyenne pour le bien commun des enfants de France.

Monsieur le préfet nous a déclaré que le grand bénéfice que nous tirions de nos actions est dû à des manifestations pacifiques, et que notre force résidait dans notre respect de l’ordre public.

Monsieur le préfet nous a confirmé qu’il remontera nos propos aux plus hautes responsabilités de l’état.

Nous avons remercié monsieur le préfet pour son écoute attentive, ainsi que monsieur le commissaire.

Publicités